0 0
Read Time:1 Minute, 25 Second

La Seine était encore trop polluée à un mois de l’ouverture des JO, selon les relevés d’analyses publiées vendredi par la mairie de Paris pour la semaine dernière, au-delà des normes requises pour que s’y déroulent les épreuves olympiques.

“La qualité de l’eau reste dégradée du fait d’un contexte hydrologique défavorable: pluies, débit élevé, faible ensoleillement, températures en dessous des normes de saison et une pollution venue de l’amont”, a fait savoir la mairie de Paris.

“On s’attend à ce que les choses s’améliorent cette semaine compte tenu de la météo”, a commenté de son côté la préfecture de la région Ile-de-France auprès de l’AFP. Le préfet de région Marc Guillaume avait prévenu que le fleuve ne serait pas baignable début juillet du fait du débit du fleuve.

La concentration des deux bactéries fécales sur laquelle est basée la réglementation pour autoriser la baignade affichait des valeurs en forte hausse par rapport aux deux premières semaines de juin, avec des pics très élevés entre le 18 et le 20 juin.

Ces mauvais résultats, dû à la météo, ont renforcé les doutes quant à la bonne tenue des épreuves olympiques dans le fleuve (triathlon et nage en eau libre) mais aussi sur la cérémonie d’ouverture aussi tributaire d’un débit correct du fleuve.

En cas de précipitations intenses, de l’eau non traitée, mélange de pluie et d’eaux usées, peut être rejetée dans le fleuve, un phénomène que des ouvrages de rétention inaugurés juste avant les Jeux ont vocation à empêcher. Le plan B consiste à reporter de quelques jours les épreuves, mais pas à changer de lieu.

7 sur7.be

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

About The Author

Average Rating

5 Star
0%
4 Star
0%
3 Star
0%
2 Star
0%
1 Star
0%

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *