0 0
Read Time:5 Minute, 49 Second
LINDEPENDANT.SN-Les membres du bureau fédéral du Pds à Fatick ne parlent plus le même langage . En effet, après l’installation de la nouvelle équipe, certains sont montés au créneau pour dénoncer la manière dont les élections se sont déroulées. Et pour réparer cette « injustice », ils demandent à Me Abdoulaye Wade et au candidat du Pds d’intervenir.
En perspective des élections présidentielles de 2024, la fédération départementale du Pds de Fatick s’est réunie vendredi dernier pour élire le secrétaire général de du département. Mais, la décision prise lors de cette assemblée générale ne semble pas faire pas l’unanimité. En effet, dans un communiqué parvenu à la rédaction, l’on rappelle que « les dignes militants et sympathisants Pds du département ont assisté à un simulacre de mise en place du bureau fédéral ce vendredi 25 Août 2023 ».
Le document rappelle qu' »après un processus non transparent et truffé d’irrégularités de vente des cartes, de montages des secteurs et des sections dans plusieurs communes », les membres de la Fédération du département de Fatick se trouvent « au summum de l’étape de sabotage du parti » dans ce département « à des fins inavouées ».
D’abord, constate le document,  « ce sabotage a commencé par la validation par le superviseur de plusieurs secteurs soit fictifs, soit fictifs et montés hors délai, soit fictifs et validés à Dakar (hors du territoire légal) en toute discrétion sans même informer les commissions locales de vente de cartes et de renouvellement » . Ces faits jugés « scandaleux » « se sont déroulés à Niakhar fief de Ousmane Diouf Junior, à Diaolé fief de Mouhamadou Bamba Ndiaye, à Thiaré Ndialgui fief de Ablaye Faye et de Mame Sémou Diouf et à Mbellacadiaw fief de Issa Faye et Diogoye Diouf ».
Le communiqué précise que si on prend l’exemple de la section de Niakhar, « tous les commissaires qui s’y sont rendus y compris Mme Awa Danokho ont eu à dire à Ousmane Diouf junior au cours de conversations téléphoniques qu’il est largement majoritaire à Niakhar et que la tendance qui lui fait face est négligeable ».
Mais se desole-t-on dans le document, « des gens tapis dans l’ombre au niveau de la direction du parti leur ont fait changer d’avis dans le seul but de parachuter leurs amis ».
Ensuite, poursuit le document, « l’acte 2 du sabotage » a été « de ne jamais prendre contact avec les responsables des communes de Patar Sine Mamadou Faye et de Ngayokhème Saliou Faye pour valider leurs secteurs et monter leurs sections ». En effet, poursuit-on dans le document,  « ayant compris le soutien sans faille des responsables de ces localités au groupe du refus et de la vérité qui veulent protéger le Pds dans l’arrondissement, ils les ont ignorés en refusant de se rendre à Patar Sine et Ngayokhème pour mettre en place des bureaux de section ».
Selon le communiqué,  jusqu’au jour de la mise en place du bureau fédéral le 25 Août 2023, « aucun commissaire ne s’est rendu ni à Patar Sine, ni à Ngayokhème pour monter un secteur à plus forte raison un bureau de section ». Et pourtant, indique le document,  » Awa Danokho avait promis que la direction du parti allait s’occuper du cas de l’arrondissement de Niakhar avec ses trois communes ».
Le communiqué mentionne que c’est « cette stratégie honteuse » qui a été mise en place « dans le seul but de liquider Ousmane Diouf junior de Niakhar, Saliou Faye de Ngayokhème, Mamadou Faye de Patar, Mouhamadou Bamba Ndiaye de Diaolé, Ablaye Thiam de Diofior, Issa Faye et Diogoye Diouf de Mbellacadiaw, Ablaye Faye et Mame Sémou Diouf de Thiaré Ndialgui qui sont membres du Pds depuis plus de 30 ans, sachant qu’un processus normal de vente des cartes, de montage des secteurs et des sections allait obligatoirement aboutir pour le groupe de protection du PDS à un contrôle à 100% des communes de Niakhar, Patar Sine, Ngayokhème, Ndiob, Thiaré Ndialgui, Diaolé, Mbellacadiaw, Diarère, Diofior ce qui fairait au total 9 communes sur 17 sans compter qu’une bonne partie des responsables des communes de Fatick et Diouroup nous est favorable.
Mais le plus grave est que malgré tout ce processus laxiste et partial mise en place pour nous écarter dans le bureau fédéral, ils n’étaient même pas sûrs de pouvoir remporter les élections si jamais les 25 délégués choisis dans chaque commune (425 délégués au total) procédaient au vote pour les différents postes.
C’est ainsi que le superviseur Awa Danokho, après avoir accepté de mentionner les noms des candidats aux différents postes et de convoquer les 425 délégués pour une autre assemblée générale dont l’objectif serait de procéder obligatoirement au vote, a changé d’avis après avoir été influencé par Waly Albert Ndong ». « Ce dernier a suggéré de faire voter juste les secrétaires généraux et les présidents de section y compris ceux issus du processus frauduleux mis en place pour liquider nos responsables qui ont la légitimité et la légalité dans leurs communes à savoir (Niakhar, Patar, Ngayokhème, Diaolé, Mbellacadiaw et Thiaré Ndialgui) », informe le communiqué.
« Pour montrer à quel point ils ont été ridicules, seul le poste de secrétaire général qui intéressait Ousmane Diouf junior cible principale dans cette volonté de liquidation a fait l’objet d’un vote alors que pour les autres postes (présidents et autres postes) malgré l’existence de plusieurs candidatures, le superviseur a juste mentionné les noms des candidats en promettant de les transmettre à la direction du parti pour arbitrage.
Cette forfaiture, si jamais elle est validée par la direction du parti aboutira à une liquidation des membres fondateurs de la Génération du concret dans le département Ousmane Diouf et Ibou Sanou Faye karimistes de la première heure qui ont été les premiers à oser faire la promotion de Karim Maïssa Wade dans toute la région de Fatick au moment où d’autres étaient avec Macky Sall puissant premier ministre », note le document. Les signataires de de ce document lançent un appel solennel au Secrétaire général national Maître Abdoulaye Wade et au candidat du Pds Karim Maïssa Wade pour que l’on  arrête « cette mascarade » « qui est en train de tuer le Parti démocratique sénégalais ». « Nous les informons qu’au moment où ils sont en train d’exécuter l’opération  « Gnibissi », d’autres sont en train d’exécuter à leur insu l’opération « liquider les vrais karimistes et les vrais libéraux représentatifs » », indique-t-on dans le communiqué.
Pour rappel, Ousmane Diouf Junior est membre du secrétariat national chargé du développement rural et membre du comité directeur
Secrétaire général section PDS de Niakhar. Il est également membre de la fédération nationale des cadres libéraux- FNCL et ancien secrétaire général du MEEL de Grenoble entre autres responsabilités au sein du Pds.
Il est le seul leader politique dans le département de Fatick à avoir monté 20 secteurs validés à Niakhar et 2 secteurs « que le superviseur a refusé de valider ». Ce qui fait, selon le document », un total de 22 secteurs à son actif.
Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

Average Rating

5 Star
0%
4 Star
0%
3 Star
0%
2 Star
0%
1 Star
0%

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *