0 0
Read Time:3 Minute, 53 Second

LINDEPENDANT.SN-Les représentants des candidats spoliés ont été reçus ce mercredi par le chef de l’Etat Macky Sall. Après avoir discuté avec le maître des lieux, Alioune Sarr et ses camarades ont fait le point. Pour ces derniers, le report des élections n’a pas été au menu de leurs échanges.

A leur sortie du palais présidentiel, le porte parole, Alioune Sarr, est revenu sur les questions évoquées avec Macky Sall. « Nous avons exposé au chef de l’Etat, garant du respect des lois et règlements, président du Conseil supérieur de la magistrature les graves manquements que nous avons constaté durant ce processus de parrainage et qui entachent la fiabilité et la crédibilité de notre processus démocratique », a, notamment indiqué M. Sarr qui embraye en donnant plus de détails concernant les points évoqués: « plus de 500 000 de nos compatriotes qui ont des cartes d’électeurs qui ont voté aux dernières élections, qui n’ont pas changé de lieu de vote qui ont été déclarés comme des électeurs non identifiés sur le fichier général des électeurs. Le plus grave est que quand nous avons lu le compte rendu du Conseil constitutionnel suite aux recours de l’ensemble des candidats, ce compte rendu dit que certains contrôles ont été faits sur la concordance parfaite entre toutes les rubriques identifiant l’électeur à savoir le prénom, le nom, le lieu d’implantation, le numéro du carte d’électeur, le numéro de la carte d’identité ce qui est contraire à la loi sur le parrainage (…) et nous considérons que cela doit être corrigé immédiatement.Personne n’est au dessus de la loi, l’Etat lui-même n’est pas au dessus de la loi et nous avons dit au chef de l’Etat que ces questions doivent être résolues », a-t-il expliqué.
« Plus de 450 000 de nos compatriotes qui ont parrainé pour 9 candidats à l’élection présidentielle, leurs fiches de parrainage n’ont même pas été regardées tout simplement parce que les clés USB déposées n’ont pas pu être lues », a-t-il déploré rappelant que « lorsque des sénégalais et des sénégalaises font le tour du pays, il n’est pas acceptable que du fait du défaut d’une clé USB que plus de 500 000 personnes qui ont parrainé soient rejetées du processus électoral ». « Nous allons élargir la discussion pour que, dans le respect des lois et règlements, que nous puissions aller vers ces élections le 25 février dans des conditions apaisées et transparentes ».
Alioune Sarr exige que « ces personnes et personnalités qui ont déposé leurs parrainages soient traités comme tous les autres » Lors de cette rencontre, Alioune Sarr renseigne que les cas Karim Wade, Bassirou Diomaye Faye et Ousmane Sonko ont été rappelé au président de la République. « Nous avons considéré qu’un sénégalais comme Diomaye Faye dont la candidature a été validée par le Conseil constitutionnel, sa place n’est plus en prison. Il doit être libéré afin qu’il puisse battre campagne comme tous les autres candidats. »
« Le cas Karim Wade est un cas qui n’honore pas la démocratie. Pds est un parti qui a beaucoup fait sur le plan démocratique et il ne doit pas acceptable que son candidat soit rejeté de cette façon. Nous avons également abordé le cas du président Ousmane Sonko pour que justement avec ses avocats, avec l’ensemble des acteurs que l’on puisse trouver une solution pour que ces acteurs politiques puissent participer au processus électoral », a-t-il fait savoir.
Les sénégalais qui sont dans les liens de la détention ont aussi été au menu de cette entrevue avec le chef de l’Etat: « nous avons considéré que ces sénégalaises et ces sénégalais doivent être libérés à travers des procédures que leurs avocats vont initier », s’est rejoui ce dernier qui trouve que Macky Sall a été réceptif face à leurs doléances.
« Le chef d’État était très attentif et nous rendrons compte à ces personnes pour que leurs avocats initient des demandes de libertés provisoires », a-t-il promis.
Le porte parole du jour n’a pas manqué de lever l’équivoque sur le point concernant le report des élections. A l’en croire, ce point n’a pas été évoqué lors de cette rencontre. « Cette question n’a été évoquée nul part ni par le collectif ni par le chef de l’Etat », a-t-il dit très ferme. Aliou Sarr reste convaincu que les points dont il est question peuvent être résolus tout en respectant le calendrier électoral:  » En 5 jours, on a contrôlé 73 candidats, 49 candidats qui demandent que le contrôle soit refait parce que la loi n’a pas été respectée peut être fait en moins de 5 jours. Nous sommes pour le respect de la constitution et nous considérons qu’elle doit être respectée », a-t-il fait savoir.

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

Average Rating

5 Star
0%
4 Star
0%
3 Star
0%
2 Star
0%
1 Star
0%

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *